Basculez vers

CLOSE

De la finition au digital, découverte des métiers chez Morel

Il y a un peu plus d’un mois Morel présentait les nouvelles collections au Mido, salon milanais de l’optique internationale. Il y avait près de 100 nouveaux modèles. Pour pouvoir en arriver jusque-là, il faut compter sur le talent de chaque personne chez Morel.

Trois personnes occupant des postes clef ont pris la parole pour donner leur avis sur la nouvelle collection qu’ils ont participé à réaliser.

Jean-Christophe Tétaz, responsable digital, 2007

Jean-Christophe a rejoint Morel en 2007, il a commencé en tant que chargé de projet web pour ensuite devenir le responsable du département digital fondé en 2015. Il chapeaute dès à présent la partie communication et marketing comme la partie développement au sein de son équipe. Dans son travail, il n’y a jamais deux jours qui se ressemblent.

Dernièrement, il s’est largement investi dans le déploiement d’outils informatiques pour les filiales de Morel à l’international. L’un des objectifs est de fluidifier la prise de commandes hors de la France.

« Cela fait 12 ans que je travaille chez Morel, mais à mon grand regret je n’ai toujours pas besoin de lunettes ! Qui sait ? Avec l’âge peut-être que ça viendra … En attendant j’aime beaucoup le concept 10113O dans la collection Öga.

Je ne suis pas un designer, créer des produits n’est pas mon métier. Mais quoi qu’il en soit je trouve qu’on a encore franchi un cap avec ces nouvelles collections en termes de créativité. »

 

Philippe Camelin, responsable industrialisation et qualité, 1997

Philippe a rejoint les rangs de Morel en 1997, pour continuer sa carrière dans la lunetterie. Ses missions sont nombreuses. Il apporte son assistance lors de la création des nouveaux modèles. Il s’assure de leur finition ainsi que de leur validation CE pour pouvoir les mettre sur le marché. En plus de tout cela, il est la personne de référence pour toute question technique au niveau de l’entreprise.

Récemment, il a dû mettre en place le processus de colorisation des montures imprimées en 3D. C’était selon lui un défi car c’est un tout nouveau métier qu’il a dû apprendre. Après plusieurs échecs il a su parfaire la formule des bains de couleur pour avoir à chaque fois le résultat attendu.

« Je porterais la 10118O couleur écaille. J’aime beaucoup ce modèle car il est très technique, je connais tous les efforts fournis pour produire ne serait-ce que la charnière. L’autre modèle est une 40073N de la collection Nomad. J’aime ce modèle purement pour son allure, les couleurs sont sympathiques. La monture légère et les branches sont assez souples.

J’aime beaucoup ces nouvelles collections, le tout est vraiment homogène, on sent qu’il y a du nouveau et pour tous les goûts. Il y a des belles matières des belles couleurs et de très bonnes finitions. Il ne reste plus qu’à espérer que cela plaise aux clients ! »

 

Le processus de coloration des lunettes imprimées en 3D est tout particulier. C’est un tout nouveau champ de compétences qui rejoint la galaxie des savoir-faire Morel grâce au travail sans relâche des équipes de finition et d’industrialisation. Le processus repose sur un principe de bains colorés dans lesquels on plonge des montures en polyamide brut. Il aura fallu des mois de réglages pour permettre un résultat parfait.

 

Jean-Pierre Perrier, employé de finition, 1985

Jean Pierre est arrivé chez Morel en 1985, il y a 34 ans ! Il a commencé comme mécanicien, puis il a été fraiseur, soudeur, chef d’atelier. Aujourd’hui, il est employé de finition. Il s’occupe de la production traditionnelle comme des bains de coloration pour les Lightec 3D.

D’ailleurs, selon lui le processus de coloration du polyamide des lunettes 3D n’est pas une mince affaire. Les ajustements sont nombreux pour être certain du résultat ! Les écueils répétés ont lui ont permis de pouvoir produire des produits de haute qualité.

« J’aime bien le bleu, donc je choisirais celles-ci : les 10113O en bleu de la collection Öga. J’aime beaucoup la forme aussi, j’aime les lunettes simples, sans fioritures. Celles-ci sont en métal, que je préfère largement au plastique par exemple.

Alors ce qui était super avec la nouvelle collection, c’était sa présentation devant toute l’entreprise. L’idée d’organiser le petit déjeuner Morel le temps d’une matinée avec toute l’entreprise permet vraiment de voir l’ampleur du travail accompli par tout le monde !

Nous pouvons être fiers de notre travail ! »

Le reste de nos nouvelles collections sera présent sur nos réseaux sociaux dans les prochains mois. N’hésitez pas à nous suivre sur Instagram, Facebook et notre blog !



preloader